Plan du site | Mention légales | Contact
 
























Vous êtes ici : Accueil / Découvrir le village / Eglise Saint Vitus, San Vitu /
Eglise Saint Vitus, San Vitu
-

Cette église baroque date du XVIIe siècle (peut-être du milieu du siècle en remplacement de l’église romane de San Sari devenue San Vito et San Cesareo en 1619 suite à l’abandon de l’église romane de San Vitu, appelée San Vito et San Modesto en 1638 et San Vito en 1655) puisque dans sa visite de 1686, le visiteur apostolique mentionne l’autel majeur, les autels de St Joseph, Saint Antoine Abbé, le baptistère, le confessionnal, quatre lieux de sépulture dans l’église. L’un à Felice Rutali, l’autre à la confrérie des hommes, le troisième à la compagnie des femmes, le quatrième à la communauté. Un cinquième est demandé pour les tout petits. En 1703, Mgr Giustiniani mentionne les autels de Saint Joseph et de Saint Antoine.

En 1723 le chanoine Petru Rutali laisse l’usufruit des châtaigniers de Truita au bénéfice des chapelles de ND du Rosaire et de Saint Antoine. Les dates de 1765-1773 (période de Pasquale Paoli et de la conquête française) inscrites sur le fronton du chœur concernent les travaux de la forme définitive de l’église dont on peut admirer sur la voûte la représentation en stuc de San Vitu martyr.

Il y eut depuis, maints travaux d’aménagement et d’ornementation tant l’église est l’objet de dons et d’attention de la part des paroissiens et de la municipalité. Dans la sacristie, deux Christs en croix dont celui de gauche qui était porté en procession le soir du Jeudi-Saint autour du village et devrait provenir de l’ancienne confrérie Santa Croce, devenue presbytère et aujourd’hui appartenant à la commune ; exposée sous vitre, une chasuble rouge à fleurs blanches et vertes et ornée de galons contenant des paillettes d’or achetée le 29 septembre 1790 (période Révolution et retour de Pasquale Paoli) pour célébrer la messe le jour de la Saint Vitus ; en sous vitre également une chasuble en drap d’or offerte en 1860 par l’Impératrice Eugénie épouse de Napoléon III et un dalmatique.

Toile datée de 1805 (temps de Napoléon 1er) représentant Saint Vitus et Saint Modeste martyrs avec la Vierge et l’Enfant Jésus ; toile de Saint Antoine devant la Madone et l’Enfant Jésus qui lui offre la fleur de lys (début XVIIIème siècle) ; statue de San Vitu (de 1893 et la première en plâtre de l’église) ; statue de la Vierge en bois doré appelée A Madunnuccia du XIXème offerte par les Filles de Marie ; vitrail de l’Immaculée Conception récent ; meuble de sacristie provenant du couvent d’Olmeta di Tuda supprimé en 1792.

Près du maître-autel, plaque en l’honneur des prêtres, curés-doyens ou chanoines originaires de Rutali : Sébastien Negroni, Pierre Finocchi, les deux François Casta, Louis Vincenti, Jean-Thomas Flori et Ambroise Giuliani.
 

Article rédigé par Louis GIACOMONI

 

-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
 
Voir aussi :
Célébration de la Saint Vitus
Festivités
Population à travers les âges
Visite du village ancien
Patrimoine
Toponymie
Histoire de la commune
Localiser Rutali (Visite virtuelle)
Situation géographique, Rutali et le Nebbiu (Conca d'Oru)



Nous contacter Plan du site Liens utiles Mentions légales Admin
Site officiel de la commune de Rutali - Mairie: Tél.: 04.95.37.62.38 - Fax: 04.95.56.04.75 - 20239 Rutali